icone photo icone photo icone photo icone photo icone photo icone photo icone photo icone photo icone photo

Anciens plans de Paris Antique maps of Paris

J'ai mis ici quelques plans de Paris, en pensant que les amateurs de vues stéréoscopiques n'y seraient pas insensibles, surtout qu'une part importante de ma collection concerne Paris. Et ceux qui passent par ici seulement pour les plans pourront se divertir avec les photographies d'un Paris en partie disparu.

À la fin de la page, se trouvent quelques notes générales sur les plans, les conventions de représentation, etc. (S'y rendre).

I put here some maps of Paris, thinking that the amateurs of stereoscopic views would not be insensitive, especially that a large part of my collection concerns Paris. And those who come by here only for the plans will be entertained with the photographs of a Paris partly disappeared.

At the end of the page are some general notes on plans, representation conventions, etc. (Getting there).

1607 - Lutetia urbs Parisiorum, Lénoard Gaultier Paris, circa 1607

Plan

Lutetia urbs Parisiorum. Signé et daté dans la vue : 1607-L.Gaultier Sculp.

Lutetia urbs Parisiorum. Signed and dated in the etching : 1607-L.Gaultier Sculp.

Cette petite gravure (13,6 x 17,3 cm à la cuvette), a été publiée en frontispice de plusieurs ouvrages entre 1608 et environ 1620. Cet exemplaire illustre la couverture du 4e tome de «Les edicts et ordonnances des rois de France, Antoine Fontanon, Gabriel Michel, Paris 1611».
Dans l'image verticalement à droite : «1607. L.Gaultier Sculp.»

La ville est représentée en perspective depuis le sud-est de Paris, approximativement la porte Saint Marcel.
Le Pont Neuf, juste construit, est représenté. Des maisons figurent sur ce qui deviendra la place Dauphine ; La place Royale (place des Vosges), commencée en 1604 est dessinée, et la vue est à jour de la très récente Grande Galerie du Louvre (1594-1610).
Le graveur a choisi de représenter un Paris cloturé par ses enceintes, en excluant les faubourgs de la rive gauche qui pourtant s'urbanisaient (Fbg St Germain à l'ouest, St Jacques au sud, St Victor à l'est). Rive Droite, la vue s'étend au loin, mais ici encore l'enceinte de Charles V est la limite bien visible de Paris, accentuée par des faubourgs qui apparaissent estompés.

Les sources documentaires qui ont permis cette gravure ne sont pas connues, et il n'apparait pas de relation avec les plans de l'époque. Au contraire un certain nombre d'erreurs laisseraient penser qu'il n'y a pas eu recours : La rue St Jacques forme un coude, la pointe de l'Île de la Cité est dans une perspective bizarre, l'enceinte bastionnée des Fossés Jaune manque totalement, etc.
L'enceinte de la rive gauche subit un renfoncement vers le nord, certainement pour faire tenir l'ensemble dans un cadre rectangulaire. Les déformations sont telles que l'identification des portes est fragile. Ainsi, ce qu'on pense être la porte Saint Victor, apparait plutôt à la position de la porte Saint Marcel, Ce qu'on identifie comme la porte St Jacques ressemble à la porte St Michel si on en croit les plans de Vassalieu (1609) et Mérian (1615) ...

Alfred Bonnardot écrit (1) que cette vue reproduit l'enseigne d'un libraire. Bonnardot dont la plume est sans détour, précise qu'elle est «exécutée de mémoire», sans s'attarder à fournir sa source. Cela expliquerait le caractère topographiquement si imparfait de l'image, alors que la notion de plan ne pouvait être étrangère à L.Gaultier, auquel on attribue la participation à la gravure du plan de Vassalieu de 1609 (2).
Il n'empêche que Gaultier offre une vue monumentale de Paris particulièrement élégante, complexe et dense, où représenter les monuments emblématiques est plus important que les positionner précisément. Elle donne un aperçu de Paris certainement globalement fidèle, mais dans le détail fondamentalement inexact. Nos tentatives d'identification des monuments sont donc aussi à prendre avec précaution.

En 1631, Gaultier regrave et met à jour la vue (voir ci-dessous). Sur le Pont neuf, la statue d'Henri IV est posée, la place Dauphine remplace l'ancien lotissement, des maisons et un moulin apparaissent sur l'île St Louis, qui maintenant est reliée par des ponts aux rives gauche et droite ainsi qu'à l'île de la Cité. Les distorsions dans la perspective, qui affectent particulièrement l'enceinte de la rive gauche, ne sont pas corrigées, preuve qu'elles sont délibérées. Cependant la pointe de l'île de la cité est heureusement rectifiée.

(1) Alfred Bonnardot, Dissertations archéologiques sur les anciennes enceintes de Paris p.271, Études archéologiques sur les anciens plans de Paris p. 72.
Si on accepte ce qui semble admis, que le libraire imprimeur est Claude Morel (1575-1626), dont d'autres publications portent en frontispice une fontaine, et l'adresse rue St Jacques à l'enseigne de la fontaine, alors on peut douter de cette affirmation non sourcée de Bonnardot, car d'évidence il ne pourrait s'agir que de l'enseigne de Morel, et en plus penser que le dessin est bien complexe pour une enseigne. Dans les répertoires d'enseignes des libraires de Paris, il n'a pas été trouvé non plus de description approchante.
(2) Boutier, Les plans de Paris ..., N°42

This small engraving (13.6 x 17.3 cm for the coper), was published as a frontispiece to several books from 1608 to about 1620. This copy illustrates the cover of the 4th volume of "Les edicts et ordonnances des rois de France, Antoine Fontanon, Gabriel Michel, Paris 1611 ".
In the image vertically to the right: “1607. L.Gaultier Sculp. "

The city is represented in perspective from the south-east of Paris, approximately the gate Saint Marcel.
The newly built bridge «Pont Neuf» is shown. Houses appear on what will become the Place Dauphine ; The Royal Place (Place des Vosges) is drawn, the works started in 1604. The newest Grande Galerie du Louvre is also drawn (1594-1610).

The engraver has chosen to represent a Paris fenced in by its medieval walls, excluding the suburbs on the left bank which, however, were urbanizing (Fbg St Germain to the west, St Jacques to the south, St Victor to the east ). Right bank, the view extends far, but here again the enclosure of Charles V is the very visible limit of Paris, accentuated by suburbs which appear blurred.

The documentary sources which allowed this engraving are not known, and there appears to be no relation with the plans known at this date. On the contrary, a certain number of errors would suggest that there was no recourse: The rue St Jacques forms an elbow, the point of the Île de la Cité is in a strange perspective, the bastioned enclosure of the «Fossés jaunes» (yellow ditches wall) is totally missing, etc.

In 1631, Gaultier re-engraved and updated the view (see below). On Pont neuf, the statue of Henri IV is placed, Place Daupine replaces the old housing estate, houses and a windmill appear on St Louis Island, which is now connected by bridges on the left and right banks as well as 'at the Ile de la Cité.

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

La vue mise à jour en 1631 The view updated in 1631

photo
Lénoard Gaultier. Paris en 1631 Paris in 1631, engraved by Leonard Gaultier

Gravure 10x16,7 cm publiée en frontispice de plusieurs ouvrages entre 1631 et 1650. Celle-ci appartient au frontispice de l'ouvrage "Theâtre ou Tables Contenant les Noms, Qualitez, Armes, Blasons, de tous les chevaliers de L'ordre du S. Esprit despuis la premierre Creation Jusques à presant. - Paris Jean Boisseau, 1650" (D'après l'illustration et la description du catalogue de la vente Ader, salle des ventes Favart, 4 juillet 2012, lot 20. En haut du frontispice, au milieu, le buste de Louis XIV enfant regardant à gauche est regravé à la place de la France dans un globe qu'on voit sur les frontispices plus anciens (Voir plus bas l'ex. Gallica).

En mauve : Les principales différences avec la vue de 1607.

Engraving 10x16,7 cm published as a frontispiece to several books from 1631 to 1650.

In purple: The main differences from the view of 1607.

Bibliographie Bibliography
Principales mises à jour Main updates

1620 - Parys, Matthäus Mérian Paris, circa 1620

Plan

Parys, Matthieu Mérian. Ca 1620, Édité en 1638. Vue depuis les Buttes Chaumont (Nord-est de Paris)

Parys, Matthieu Mérian. Ca 1620, Édited in 1638. View from the Buttes Chaumont (north-east of Paris)

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1735 - Neuvième plan de Paris (...), Abbé Jean Delagrive Paris, in 1735

Plan

Neuvième plan de Paris, Ses accroissements sous le règne de Louis XV (...) 1735, Abbé Delagrive. Publié dans le tome IV du Traité de Police de Nicolas Delamare, par Le Cler Du Brillet. Continuateur

Ninth plan of Paris, Its increases under the reign of Louis XV (...) 1735, Abbot Delagrive. Published in volume IV of Nicolas Delamare's Treatise on Police, by Le Cler Du Brillet. Continuator

Recalage du plan Readjustment of the map

Le positionnement sur la carte de Delagrive a été fait "au mieux", en essayant de faire correspondre des monuments.
On observe un décalage assez important dans le nord-est, (voir par exemple l'hôpital Saint-Louis), à priori dû à des incertitudes de mesure. Pour cette raison, le plan a été déformé localement pour faire correspondre une trentaine de points avec la carte OpneStreetMap. (Cela ne concerne que le plan zoomable ; Le plan proposé en téléchargement au format jpg n'a pas subi cette déformation).

The positioning on the Delagrive map was done "at best", trying to match monuments.
We observe a fairly significant shift in the northeast (see, for example, the Saint-Louis hospital), probably due to measurement uncertainties. For htis reason, the map has been rectified by locals distorsions so that about 30 points match the map OpenStreetMap. (the map that you can download in jpg format is not concerned by this operation).

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1730 - rev. 1765 - Paris, ses fauxbourgs et ses environs, par Roussel Paris and its surrounding. 1730, edition ca 1765

Plan

Paris, ses fauxbourgs et ses environs où se trouve le detail des villages, châteaux, grands chemins pavez et autres, des hauteurs, bois, vignes, terres et prez levez géométriquement Par le Sr. Roussel. Mise à jour ca 1765

Plan of Paris and its surrounding, designed by Roussel. Update of ca 1765

Les différentes éditions The different editions

Bibliographie Bibliography

La mystérieuse «carrière de charbon de terre» près de l'hôpital Sainte Anne The mysterious “coal quarry” near Sainte Anne hospital

Plusieurs plans dont celui-ci, représente une carrière de charbon de terre au niveau de l'actuelle rue Cabanis. Delagrive, dans son Nouveau plan de Paris et de ses faubourgs (1728) semble être le premier à la représenter. On ne sait si les autres cartographes s'en sont inspirés. On la retrouve au moins jusqu'au plan de Jaillot de 1778, sans non plus savoir s'il est à jour. Il restait donc des incertitudes sur cette carrière, de source peut-être unique, et d'une durée d'exploitation indéterminée.

Émile Gérards, Paris Souterrain (1), en confirme l'existence par des relevés de terrain et des carottages, et fournit une carte approximative de sa surface. Il commence par constater qu'une carrière rue du Saint-Gothard a de façon surprenante été comblée avec des remblais d'argile et d'argile plastique. En recherchant la provenance des ces argiles, il met à jour un banc composé de lignite et d'argile. C'est donc les déchets argileux de l'exploitation de ce banc qui ont servi à remblayé la carrière rue du Saint-Gothard. Des affaissements de terrain inexpliqués que par la présence d'une carrière permettent une cartographie de celle-ci. La carrière de charbon de terre serait donc plus exactement une carrière de lignite.

Several plans, including this one, represent a coal quarry at what is now rue Cabanis. Delagrive, in his Nouveau plan de Paris et de ses faubourgs (1728) seems to be the first to represent it. We do not know if other cartographers were inspired by it. We find it at least as far back as Jaillot's plan of 1778, without knowing whether it is up to date. There therefore remained uncertainties about this quarry, perhaps from a single source, and with an indeterminate duration of exploitation.

Émile Gérards, Paris Souterrain (1), confirms its existence through field surveys and core drilling, and provides an approximate map of its surface. He begins by noting that a quarry on rue du Saint-Gothard has surprisingly been filled in with clay and plastic clay embankments. By researching the origin of these clays, he uncovered a bank composed of lignite and clay. It is therefore the clay waste from the exploitation of this bank which was used to backfill the quarry on rue du Saint-Gothard. Land subsidence unexplained only by the presence of a quarry allows for its mapping. The coal quarry would therefore more accurately be a lignite quarry.

(1) Emile Gérards. (1908). Paris souterrain : formation et composition du sol de Paris, les eaux soutteraines, carrières et catacombes, les égouts(...). pp. 395-398 Lien Gallica .

Téléchargement Download

1754 - Plan détaillé de la Cité (...), Abbé Jean Delagrive Paris, the Île de la Cité in 1754

Plan

Plan détaillé de la Cité dédié à Messire Louis Basile de Bernage, Conseiller d'Etat Prévôt des Marchands et à Messieurs les Echevins de la Ville de Paris, par M. l'Abbé Delagrive, Géographe ordinaire de la Ville. 1754

Plan of the City Island in Paris, designed by the Abbé Delagrive, 1754

La matrice de cuivre The copper plate

La matrice de cuivre est conservée à la Chalcograhie du Louvre sous le N° 3735 C Lien Chalcographie.

The copper plate is ​​kept at the Chalcographie du Louvre under No. 3735 C Chalcographie link.

Les dessins préparatoires The preparatory drawings

Cette planche fait partie d'un projet global de cartographie fine de Paris, dont seulement 3 quartiers ont été gravés : L'île de la Cité, le quartier de Sainte-Geneviève, l'Île Saint-Louis et l'île Louviers. Les deux derniers étant terminés et gravés après la mort de Delagrive par son principal collaborateur. Cependant, après avoir disparus, faute d'avoir pu être adquis par le service des plans, une partie des travaux préparaoires se sont retrouvés dans la collection Destailleurs (BNF, Cabinet des Estampes et Photographies). Voir Boutier pour de plus amples informations.

Bonnardot, Étude archéologique (...) p. 247, indique qu'un plan manuscrit de l'Île de la Cité «lavé au carmin et d'un dessin parfait, avec les détails des maisons intérieures. Ce plan, dressé à l'échelle de 7 millimètres pour 3 toises, a 285 cm de long pour 124 de large. Ce plan a servi de modèle au plan gravé de 1754 (..)». Ce plan, conservé à l'Hôtel de ville, y a certainement péri lors de son incendie. Il ne semble pas qu'il s'agisse du plan ci-dessous en 3 feuiiles, vu que les dessins de la collection Destailleur ne proviennent pas des collections de l'Hôtel de ville.

This plate is part of a global fine mapping project of Paris, of which only 3 districts have been engraved: Île de la Cité, the Sainte-Geneviève district, Île Saint-Louis and Île Louviers. The last two being finished and engraved after Delagrive's death by his main collaborator. However, after having disappeared, due to not having been able to be acquired by the plans department, part of the preparatory work ended up in the Destailleurs collection (BNF, Cabinet des Estampes et Photographies). See Boutier for more information.

Bonnardot, Étude archéologique (...) p. 247, indicates that a handwritten plan of the Cité Island "coloured with carmine and of a perfect drawing, with the details of the interior houses. This plan, drawn up on a scale of 7 millimeters by 3 toises, is 285 cm long by 124 cm. This plan served as a model for the engraved plan of 1754 (..)". This plan, kept at the Hôtel de Ville, certainly perished there during its fire. It does not seem that it is the plan below in 3 sheets, given that the drawings in the Destailleur collection do not come from the collections of the Hôtel de Ville.

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1757 - Plan détaillé du quartier de Ste Geneviève (...), Abbé Jean Delagrive Paris, the area of Ste Geneviève, 1757

Plan

Plan détaillé du quartier de Ste Geneviève / levé géométriquement par feu M. l'abbé de La Grive. Fini et publié par Al. Fr. Hugnin. A Paris Quay de Bourbon, île Saint-Louis près la rue de la Femme sans tête, 1757.
Cet exemplaire est imprimé sur fort vélin non filigrané.

Detailed plan of the district of Ste Geneviève, designed by late Abbot Delagrive, finished and published by par Al. Fr. Hugnin 1757.
This copy, printed on thick unwatermarked vellum paper

La matrice de cuivre The copper plate

La matrice de cuivre est conservée à la Chalcograhie du Louvre sous le N° 3736 C Lien Chalcographie.

The copper plate is ​​kept at the Chalcographie du Louvre under No. 3736 C Chalcographie link.

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1823 - 1839 - Plans de Paris en 1823 et 1839 avec le tracé de ses anciennes enceintes, Achin et Ambroise Tardieu Paris in 1823 and 1839, with the layout of its old walls

Plan

Plan de Paris en 1823 et 1839 avec le tracé de ses anciennes enceintes. par Achin et Ambroise Tardieu. Publié dans l'Atlas de Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours... par J.-A. Dulaure.

Map designed by Achin, Ambroise Tardieu. Published in the Atlas of Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours...,J.-A. Dulaure

Ce plan figure dans le livre "Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours... - Atlas" par J.-A. Dulaure. Lien Gallica.

Ambroise Tardieu reprend et met à jour la matrice du plan de Achin du même titre , lui même dressé d'après le plan de Verniquet, comme l'indique son sous-titre. Éditions répertoriées par Vallée : 1822, 1823, 1825, 1829.

L'hôtel de Ville est à jour de ses agrandissements vers le nord et vers le sud commencés en 1837 par l'aile droite, supprimant ainsi la rue de la Mortellerie. (Voir L'ancien Hôtel de ville de Paris : 1533-1871, Marius Vachon, 1882, Gallica).

This map was inserted in the book "Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques jusqu'à nos jours... - Atlas", Autor J.-A. Dulaure. Link on Gallica.

Ambroise Tardieu takes up and updates the copper plate of Achin's plan of the same title, itself drawn up after Verniquet's plan, as its subtitle indicates. Editions listed by Vallée: 1822, 1823, 1825, 1829. Appears in the first editions of Dulaure's atlas. The Hôtel de Ville is up to date with its expansions towards the north and south started in 1837 by the right part, thus removing the rue de la Mortellerie. (See L'ancien Hôtel de ville de Paris : 1533-1871, Marius Vachon, 1882, Gallica).

Les évolutions entre 1823 et 1839 Developments between 1823 and 1839

Le cuivre de 1823 est très profondément modifé dans l'état de 1839. Cependant, il s'agit bien de la même matrice remise à jour. Pour s'en convaincre, il suffit de rechercher d'infimes détails communs aux deux et qui n'auraient pas été regravés à l'identique. Ainsi, dans le carré A1, sous la lettre «Plaine de Villiers», la courbe hachurée est effacée dans l'état de 1839, mais des traces demeurent discernables. On parle de matrice en cuivre, car si une gravure sur acier aurait été appropriée à un tirage long sur plus d'une décennie, on conçoit mal comment aurait été possible sur acier des mises à jour aussi considérables.

Entre les deux éditions, il y a de notables différences. La plus intéressante est celle du canal Saint Martin. L'édition de 1823 représente en pointillés deux projets de tracé, celui de M. Girard, et celui de M. Coïc qui sera adopté.
En 1823, le Clos Saint Lazare commence juste à être loti. Il est traversé par le tout récent premier tronçon de la rue Lafayette. Les quartiers Saint-Lazare et Europe ne sont pas encore lotis, et le chemin de fer de Paris à Saint-Germain n'existe pas encore. Les quartiers périphériques ouest : plaine de Grenelle et plaine de Chaillot sont encore peu denses en 1823.

The 1823 copper plate is very deeply modified in the state of 1839. However, it is indeed the same plate updated. To be convinced of this, simply look for tiny details common to both and which would not have been re-engraved identically. Thus, in square A1, under the letter “Plaine de Villiers”, the hatched curve is erased in the state of 1839, but traces remain discernible. We mention a copper plate, because if an engraving on steel would have been appropriate for a long print run lasting more than a decade, it is difficult to imagine how such considerable updates would have been possible on steel.

There are notable differences between the two editions. The most interesting is that of the Saint Martin canal. The 1823 edition represents in dotted lines two draft layouts, that of Mr. Girard, and that of Mr. Coïc which will be adopted.
In 1823, Clos Saint Lazare was just beginning to be subdivided. It is crossed by the very recent first section of rue Lafayette. The Saint-Lazare and Europe districts have not yet been developed, and the railway from Paris to Saint-Germain does not yet exist. The western peripheral districts: Grenelle plain and Chaillot plain are still not very dense in 1823.

Sur la qualité du tirage About print quality

Il est surprenant de constater que la qualité de l'impression de l'édition de 1839 est bien supérieure à celle de 1823, notamment au centre de la planche, dans les parties les plus denses, où elle présente dees lacunes dans la lettre. Elle est aussi supérieure aux exemplaires de 1838 disponibles sur Gallica, et dont la gravure pourtant est quasiment identique. Il est peu probable que toutes les tailles de la matrices aient été renforcées, car l'amélioration concerne aussi la lettre, qui n'a certainemenent pas pu être refrappée. On voit deux raisons à cette amélioration : D'une part peut être un plus grand soin à l'encrage et au pressage, d'autre part un papier plus adapté à un fort volume d'impression : l'édition de 1823 est sur vergé, celle de 1839 sur vélin. Il nous manque de savoir ce qu'il en est de l'édition de 1838. On retrouve en 1839 une qualité très proche de la première édition de 1822 de l'exemplaire Gallica (Voir ci-dessous), quoique ce dernier soit mieux rendu, avec dans les cartouches les lignes de positionnement encore visibles.

It is surprising to note that the quality of the printing in 1839 is much higher than that of 1823, particularly in the center of the plate, in the densest parts, where it presents gaps in the letter. It is also superior to the 1838 copies available on Gallica, although the engraving is almost identical. It is unlikely that all the cuts of the matrix were reinforced, because the improvement also concerns the letter, which certainly could not be retyped. We see two reasons for this improvement: On the one hand perhaps greater care with inking and pressing, on the other hand a paper more suited to a high printing volume: the 1823 edition is on laid paper, that of 1839 on vellum. We lack knowledge of the 1838 edition. The quality of 1839 edition is very close to the first edition of 1822 as we can see in the Gallica copy (See below), although the latter is better rendered, with the positioning lines still visible in the referral block.

Les différentes éditions The different editions

Note sur les projections About projections

Voir ci-dessus la note du Plan de Paris de 1735.
Le plan de 1823 se superpose assez bien aux couches récentes et aucune modification ne lui a été apportée. Ce n'est pas le cas du plan de 1839 qui présente des distorsions bien plus importantes et non rectilignes : Les coins sont plus étendus que les milieux. Pour les compenser, la largeur du scan original a été multipliée par 0,98988 et la hauteur par 0,98484.

The 1823 plan superimposes fairly well on the recent layers and no modifications have been made to it. This is not the case for the 1839 plan which presents much greater and non-rectilinear distortions: The corners are more extended than the middles. To compensate, the width of the original scan was multiplied by 0.98988 and the height by 0.98484.

Note sur la couche enceintes About the city walls layer

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1878 - Nouveau Paris Monumental, Garnier Frères Paris circa 1878

Plan

Nouveau Paris monumental. Itinéraire pratique de l'étranger dans Paris. Garnier Frères. Non daté ca 1878

Map edited by Garnier Frères ca 1878

L'édition de 1878 The 1878 issue

Ce plan est de la rare première édition de 1878. Les bâtiments de l'Exposition Universelle occupent le Champs de Mars, là ou sera élevée la Tour Eiffel. Sur l'autre rive de la Seine, le Palais du Trocadéro est bien présent, construit pour l'exposition.

Nota : Le marché à l'ouest de la place Dauphine (Royale) est situé place Sainte Catherine.

L'édition suivante parait en 1885. Le Champs de Mars est débarrassé des bâtiments de l'exposition, et les Tuileries sont rasées. Ce sont les seules mises à jour.

This map is from the rare first edition of 1878. The buildings of the Exposition Universelle occupy the Champs de Mars, where the Eiffel Tower will be built. On the other bank of the Seine - on the Chaillot hill - the Palais du Trocadéro is present, built for the exhibition.

Note that the market to the west of the square Dauphine (Royale) is Place Sainte Catherine.

The next edition is published in 1885. The Champs de Mars was cleared of the exhibition buildings, and the Tuileries were removed. These are the only updates.

La mise à jour d'un dessin plus ancien The update of an older drawing

Plusieurs éléments laissent penser qu'il s'agit d'une mise à jour d'un dessin plus ancien, probablement des années 1860 :

La place des Vosges, dont curieusement il manque l'aile sud, est nommée Place Royale, nom qu'elle a définitivement perdu en 1870.

Le Palais des Tuileries est entier alors qu'il est à l'état de ruine en 1878.

Enfin à MontMartre, la tour de Solférino est bien présente à l'est de l'église Saint Pierre de Montmartre - et entière -, alors que ses 2 étages supérieurs sont détruits en 1870 pour ne pas servir de point de visée à l'artillerie de l'armée prussienne, et elle est totalement démolie en 1874.

Several elements suggest that this is an update of an older drawing, probably from the 1860s:

The Place des Vosges, which curiously lacks the south wing, is named Place Royale, a name it definitely lost in 1870.

The Palais des Tuileries is complete, whereas in 1878 it was in a state of ruin.

Finally, in Montmartre, the Solferino tower is still there, at the east of the church of Saint Pierre de Montmartre - and still standing -, whereas its 2 upper floors were destroyed in 1870 to avoid being used as a sighting point for the artillery of the Prussian army, and it was totally demolished in 1874.

L'édition de 1885 The 1885 issue

On reprend la date de la notice de l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale. Lien Gallica.

Le dessin est remis à jour très sommairement : Le palais des Tuileries est effacé, ce qui fait que les pavillons de Flore et de Marsan sont très mal rendus. Les bâtiments de l'exposition universelle sont supprimés et dans l'espace vidé est inscrit "CHAMP DE MARS".

We use the date of the record of the copy of the National Library. Gallica link.

The drawing is updated very summarily: The Tuileries Palace is erased, which means that the Flore and Marsan pavilions are very poorly rendered. The buildings of the Universal Exhibition are removed and in the empty space is written "CHAMP DE MARS".

L'édition de 1890 The 1890 issue

On reprend la date de la notice de l'exemplaire de la Bibliothèque Nationale. Lien Gallica.

Le dessin est remis à jour plus profondément : Place de la République, nouvelle fontaine à la place de la fontaine du Château d'eau. À l'est de l'arc de triomphe du Carrousel, cour Napoléon, ajout de la colonne Gambetta (inaugurée en juillet 1888). Entre le Louvre et les jardin des Tuileries, tracé de la rue des Tuileries. Sur le Champ de Mars, la Tour Eiffel entourée des bâtiments de l'exposition universelle de 1889.

L'adresse de l'imprimeur devient 49, rue du Montparnasse.

The date comes from the record of the copy of the National Library. Gallica link.

The drawing is updated more deeply: Place de la République, new fountain in place of the fountain of the Water Tower. To the east of the Arc de Triomphe du Carrousel, Cour Napoléon, addition of the Gambetta column (inaugurated in July 1888). Between the Louvre and the Tuileries gardens, route of the rue des Tuileries. On the Champ de Mars, the Eiffel Tower, surrounded by the buildings of the Universal Exhibition of 1889.

The printer's address becomes 49, rue du Montparnasse.

Les éditions suivantes The next issues

Vers 1900, sous le même titre, le plan est entièrement regravé par L.Poulmaire, 1 rue Vauquelin à Paris, sans savoir s'il est aussi l'auteur du nouveau dessin. Les monuments sont majoritairement représentés par leur façade, ce qui fait que la perspective est moins bien rendue. Les échelles sont moins respectées et l'ensemble est plus confus. Les lignes du métropolitain apparaissent en tracé rouge. Ce plan sera remis à jour jusque vers 1950, édité par Garnier Frères puis par A.Leconte. Lien ETH-Bibliothek Zürich, Rar K 764, version circa 1905.

Around 1900, under the same title, the plan was completely re-engraved by L.Poulmaire, 1 rue Vauquelin at Paris, without knowing if he is also the author of the new drawing. The monuments are mainly represented by their facade, which means that the perspective is less well rendered. The scales are less respected and the whole is more confused. The metropolitan lines appear in red outline. This plan will be updated until around 1950, published by Garnier Frères then by A.Leconte. Link ETH-Bibliothek Zürich, Rar K 764, circa 1905.

Procédé lithographique Lithographic printing process

Contrairement aux plans précédents qui sont gravés en taille-douce, celui-ci a été obtenu par un procédé lithographique. La qualité n'y a pas gagné, bien au contraire !

La famille des procédés lithographiques est vaste. Cependant parmi ceux-ci, en fonction de la date et du grand format de l'image - qui rend l'emploi de la pierre lithographique difficile - on peut penser à un tirage sur plaque de zinc (zincographie).

On peut se reporter à l'ouvrage d'Alfred Lemercier, La lithographie française de 1796 à 1896 et les arts qui s'y rattachent (...). 1896. [Gallica]. Il y décrit la réalisation des cartes par l'imprimerie zincographique du Service Géographique de l'armée. Le dessin est exécuté sur autant de plaques matrices de zinc qu'il y a de couleurs, plus une plaque pour les courbes de niveaux. Chaque plaque est ensuite encrée et imprime un papier de chine qui permet de reporter le dessin sur la plaque de zinc destinée à l'impression de série. La carte est obtenue par l'impression successive contre 7 ou 8 plaques. Les cartes, qu'on peut consulter sur Gallica, présentent un rendu très similaire à ce plan.

Unlike the previous plans, which are engraved on copper plate, this one was obtained by a lithographic process. The quality has not improved, quite the contrary!

The family of lithographic processes is vast. But among these, depending on the date and the large format of the image - which makes the use of lithographic stone difficult - one can think of a print on zinc plate (zincography).

See Alfred Lemercier's La Lithographie Française de 1796 à 1896 et les Arts qui s'y rattachent (...). 1896. [Gallica]. He describes the production of maps by the zincographic printing house of the Geographic Service of the army. The drawing is executed on as many zinc matrix plates as there are colors, plus a plate for the elevation curves. Each plate is then inked and printed on Chinese paper which allows the design to be transferred to the zinc plate intended for serial printing. The map is obtained by successive printing against 7 or 8 plates. The maps, which can be consulted on Gallica, are very similar to this one.

Bibliographie Bibliography

Téléchargement Download

1925 - Paris à vol d'oiseau, Georges Peltier Paris, bird eye plan

Plan

Paris à vol d'oiseau, Georges Peltier, 1925

Bird eye plan of Paris, Georges Peltier, 1925

photo
Dimension de la feuille : 89x75cm, pliée : 17x25,6 cm Sheet size: 89x75cm, folded: 17x25.6cm

Le dernier grand plan en élévation de Paris The last large elevation plan of Paris

Après les magistrales réussites du plan de bâle et de ses cousins, des plans de Vassalieu, Mérian, Bretez-Turgot, ce plan est la dernière tentative de représenter tout Paris en élévation.

«Ce document contemporain, inspiré du plan de Turgot (1739), fut réalisé entre 1920 et 1940 par Georges PELTIER. Ces vingt années de labeur fervent représentent plus de 30 000 heures de recherches, esquisses, dessins», lit-on dans le cartouche des éditions récentes.

S'il se déclare dans la lignée du plan de Turgot, il en est pourtant assez éloigné. Autant le plan de Turgot magnifie Paris par des traits droits et rigides jusqu'à donner l'impression d'une ville vide et sans vie, autant dans ce plan c'est le foisonnement et la complexité de la ville qu'on perçoit en premier, jusqu'à la confusion.

Comme tous les plans précédents, il est un mélange de précision pour le bâti principal, et de simplifications. Ansi bien souvent, un bâtiment est représenté pour plusieurs.

Il fourmille de détails qu'on ne retrouve sur aucun autre plan, parfois amusants comme, s'agissant dans la ménagerie du Jardin des Plantes, de l'emplacement des «animaux féroces».

Ce plan est une très intéressante synthèse du Paris monumental. Esthétiquement, on en regrettera cependant le tracé un peu trop épais, de plus desservi par les techniques de reproductions modernes, au rendu si en deçà de la gravure, qui a prévalue pour les plans jusqu'au début du 19ème siècle. On lui voudrait l'élégance du plan de Testard (plusieurs éditions ca 1848), gravé sur acier, lui (Gallica).

Pourquoi un nouveau plan en élévation ? Il semble bien qu'il ait été commercialisé à l'origine pour être affiché mais aussi pour se repérer dans la ville. La lettre est très dense, et les premières éditions des années 1920 disposent en marge d'une nomenclature des services publics, lieux de chalandise, de distractions, lieux remarquables, etc. Il manque cependant une nomenclature exhaustive des rues, mais elles semblent toutes représentées et nommées. C'est donc plutôt un plan à consulter chez soi, comme parisien ou touriste.

À partir de 1930, les nomenclatures disparaissent, et le plan ne conserve plus qu'une vocation artistique.

After the masterful successes of the Basel plan and its cousins, the plan of Vassalieu, Mérian, Bretez-Turgot, this plan is the last attempt to represent all of Paris in elevation.

"This contemporary document, inspired by Turgot's plan (1739), was realized between 1920 and 1940 by Georges PELTIER. These twenty years of work represent more than 30,000 hours of research, sketches, drawings", we read in the title block of the recent editions.

If it declares himself in line with Turgot's plan, he is nevertheless quite far from it. As much as Turgot's plan magnifies Paris with straight and rigid lines to the point of giving the impression of an empty and lifeless city, in this plan it is the abundance and complexity of the city that we perceive first, until confusion.

Like all previous plans, it is a mixture of precision for the main frame, and simplifications. So very often, a building is represented for several.

It is teeming with details that cannot be found on any other plan, sometimes amusing such as, in the menagerie of the Jardin des Plantes, the location of the “ferocious animals”.

This plan is a very interesting synthesis of monumental Paris. Aesthetically, however, we regret the layout which is a little too thick, moreover poorly rendered by modern reproduction techniques, with a rendering so far below the etching, which prevailed for the plans until the beginning of the 19th century. We would like the elegance of Testard's plan (several editions ca 1848), engraved on steel (Gallica).

Why a new elevation plan? It seems that it was originally marketed to be displayed but also to find one's bearings in the city. The letter is very dense, and the first editions of the 1920s have in the margins a nomenclature of public services, places of catchment, entertainment, remarkable places, etc. However, it lacks an exhaustive nomenclature of the streets, but they all seem to be represented and named. It is therefore rather a plan to consult at home, as a Parisian or a tourist. Remarquons aussi que la couverture est traduite en anglais.

From 1930, the nomenclatures disappear, and the plan only retains an artistic vocation.

Le Paris représenté Paris represented

Pour toutes les éditions des années 1920, la zone représentée correspond à peu près aux limites de Paris jusqu'en 1860, sauf à l'est, dont il manque la partie entre la place de la Bastille et la place de la Nation. À partir de 1930, le plan est étendu jusqu'à la zone non constructible de l'enceinte de Thiers.

For all the editions of the 1920s, the area represented corresponds roughly to the limits of Paris until 1860, except to the east, of which the part between Place de la Bastille and Place de la Nation is missing. From 1930, the plan is extended to the non-constructible area of the enclosure of Thiers.

Les différentes éditions The different editions

La première édition est datée 1920. La BNF la possède en 2 formats :

Ces éditions semblent correspondre à l'extrait de catalogue qui accompagne notre plan (1925) : «Grande édition» vendue 16 francs, «Édition réduite» vendue 7,50 francs. (N'ayant pas eu l'opportunité de comparer les deux exemplaires, on n'explique pas l'écart de prix). Ce sont en fait 2 éditions pour des usages différents. Par la suite, seule la première sera conservée.

Des années 1920 on connait les éditions suivantes : 1920 grand et petit format, 1925 notre exemplaire (petit format), [1926] petit format sans marges «(..) édité spécialement pour le "LIVRE D'ADRESSES de MADAME"» Gallica.

À partir de 1930 jusqu'en 2001, les éditions se succèdent en différents formats soit du Paris complet soit du centre. Le plan a été à de nombreuses reprises mis à jour, jusqu'à représenter la nouvelle Porte Maillot, la gare refaite de Montparnasse, la tour Montparnasse, etc. Cependant les mises à jours, quoiqu'importantes et bienvenues n'étant pas exhaustive, cela jette un doute sur tout le reste.

Les différentes éditions conservées à la BNF, avec les liens vers Gallica : BNF

Les premières éditions avant 1930 semblent très rares, soit que les tirages aient été faibles, soit qu'ils n'aient pas été conservés.

Un seul éditeur : Blondel La Rougery, 7 rue Saint Lazare, Paris. Certaines éditions ne sont pas vendues directement, mais éditées pour le compte d'un tiers, comme «les Bâteaux mouches».

The first edition is dated 1920. The BNF has it in 2 formats:

These editions seem to correspond to the extract from the catalog which accompanies our plan (1925): “Grande édition” sold for 16 francs, “Reduced edition” sold for 7.50 francs. (Having not had the opportunity to compare the two copies, we do not explain the price difference). These are actually 2 editions for different uses. Thereafter, only the first will be kept.

From the 1920s we know of the following editions: 1920 large and small format, 1925 our copy (small format), [1926] small format without margins "(..) published especially for the "BOOK OF ADDRESSES of MADAME"" Gallica.

From 1930 until 2001, the editions follow one another in different formats either from complete Paris or from the center. The plan has been updated many times, even representing the new Porte Maillot, the rebuilt Montparnasse station, the Montparnasse tower, etc. However, the updates, although important and welcome, are not exhaustive, which casts doubt on everything else.

The different editions kept at the BNF, with links to Gallica: BNF

The first editions before 1930 seem very rare, either because the print runs were low or because they were not preserved.

A single publisher: Blondel La Rougery, 7 rue Saint Lazare, Paris. Some editions are not sold directly, but published on behalf of a third party, such as "les Bâteaux mouches".

Georges Peltier

La notice auteur de la BNF ne fournit ni sa date de naissance ni de décès. Il est actif de 1907 jusque vers 1950. Il dessine des cartes géographiques, des plans de villes (dont plusieurs de Paris ou du métro), certains avec les monuments principaux en élévation. «Paris à vol d'oiseau» semble être son seul plan de ville intégralement en élévation, également le seul qu'il a remanié et complété au cours du temps. On lui doit un plan très élégant de l'exposition universelle de Paris - 1937 Gallica.

Son adresse figure sur plusieurs plans : 21, rue de l'Union, Clamart. (Plan de Clamart, 1920 - le plan y est vendu -Gallica-, Société des transports en commun de la région parisienne... [1927] -Gallica-)

The BNF author's record does not provide his date of birth or death. He was active from 1907 until around 1950. He drew geographical maps, city plans (including several of Paris or the metro), some with the main monuments in elevation. “Bird eye plan of Paris” seems to be his only city plan entirely in elevation, also the only one he has reworked and completed over time. We owe him a very elegant map of the Universal Exhibition in Paris - 1937 Gallica.

His address appears on several maps: 21, rue de l'Union, Clamart. (Map of Clamart, 1920 - the map is sold there -Gallica-, Public transport company of the Paris region... [1927] -Gallica-).

Téléchargement Download

Quelques notes sur les plans Some notes on maps

Les fonds de plans actuels The recents backgrounds maps

Les fonds de plans du réseau viaire et du bâti qui peuvent se superposer à certain des plans de cette page datent de septembre 2023. Ils ont été générés à partir d'OpenStreetMap, suivant la projection de Mercator :
https://proj.org, "+proj=merc +a=6378137 +b=6378137 +lon_0=2.336580 +lat_ts=48.836507 +x_0=0.0 +y_0=0 +k=1.0 +units=m +nadgrids=@null +wktext +no_defs".
lon_0, lat_ts sont les coordonnées de l'Observatoire de Paris.

La projection habituelle de Mercator en prenant lon_0 = 0 et lat_ts = 0 doit être corrigée par un facteur d'échelle : En prenant comme référence une projection Lambert 93 qu'on suppose exacte à Paris, Une variation de dx=1m (Mercator) correspond à un déplacement vrai de 0,6587 mètre. De même, dy = 1m (Mercator) correspond à 0,6575 mètre.

Avec la projection de Mercator qu'on a choisie, décalée sur la latitude de l'Observatoire de Paris - et peu importe la valeur de la longitude -, dx = 1m -> 1,0007m et dy = 1m -> 0,9990m. On se rapproche aussi certainement de la projection utilisée sur les cartes anciennes de Paris. On observe par ailleurs qu'après remise à l'échelle, les distorsions géométriques entre les deux projections de Mercator sont très faibles à l'échelle de Paris.

The recent backgrounds maps of the road network and built environment, which can be superimposed on some of the plans on this page, date from september 2023. They were generated from OpenStreetMap, following the Mercator projection reloacated at Paris, wher lon_0, lat_ts are the coordinates of the Paris Observatory.

Les zones bâties, les zones de cultures Built areas, cultivated areas

photo
Plan de Paris de Delagrive 1735, en noir et blanc et mis en couleur à la main 1735 Delagrive map of Paris in b/W and hand coloured
Les zones bâties Built areas

Les zones bâties sont généralement représentées par un moucheté. Gomboust (Lien Gallica) a, le premier, choisi cette représentation. Comme il l'explique dans l'un des cartouches de son plan, «(...) on a pointillé la surface de tous les bastimens particuliers, en sorte que par tout ou il y a des points figurez vous que ce sont des maisons, soit dans la Ville soit dans les faubourgs.».
Pour les plans qui ont été aquarellés, la couleur du bâti est traditionnellement saumon.
On peut au passage remarquer que pour les plans si denses de Paris, la couleur aide considérablement la lecture.

Built-up areas are usually represented by a speckle. Gomboust (Link Gallica) was the first to choose this representation. As he explains in one of the box of his plan, "(...) we have dotted the surface of all the particular buildings, so that wherever there are dots, you can imagine that they are houses, either in the City or in the suburbs.
For the plans that have been watercolored, the color is traditionally salmon.
We can also note that for the so dense maps of Paris, the color helps considerably the reading.

Les zones cultivées Cultivated areas

Force est de constater que les plans ne s'intéressent pas, ou si peu, aux surfaces cultivées. Aussi, ll est difficile de savoir quelle confiance on peut accorder à leur représentation. Cependant, on peut assez aisément distinguer des jardins potagers et d'agrément dans les zones denses, du maréchage dans les faubourgs à proximité des surfaces bâties, et, plus à l'écart, des grandes zones mixtes de pâturage et certainement de culture céréalière, représentées par des lignes tiretées parallèles. Pour ces dernières, sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672 (Lien Gallica) on voit sur une même parcelle des animaux en train de paître, et un paysan qui trace ses sillons avec sa charrue. Il devait y avoir des vignes, mais elles ne semblent pas avoir été distinguées du reste. Des vergers semblent représentées par des arbres alignés, comme sur le Clos saint Lazare. Le plan de Roussel en 9 feuilles de Paris et ses Faubourgs en 1733 (Lien D. Rumsey) indique explicitement dans sa lettre les «jardins potagers» des faubourgs du nord, de la Petite Pologne au faubourg Saint Martin. Ils sont sur d'anciennes zones humides,le long de l'ancien troisième bras de la Seine. Malheureusement, rien n'est dit des autres cultures. Dans le cartouche de son grand plan de 1728 (Lien Gallica), Delagrive explique avoir détaillé 500 bâtiments conséquents. À leur propos, «Partout on voit dans les jardins les parterres les boulingrins les allées les étoiles les pièces d'eau les bosquets dessines comme il sont sur les lieux.».

It is clear that the plans are not interested, or very little, in cultivated areas. It is difficult to know how much confidence can be placed in their representation. However, one can quite easily distinguish vegetable and pleasure gardens in dense areas, marshland in the suburbs near built-up areas, and, further away, large mixed areas of pasture and certainly cereal cultivation, represented by parallel dashed lines. For the latter, Jouvin de Rochefort's map of 1672 (Link Gallica),on the same plot, we see animals grazing, and a farmer tracing his furrows with his plough. There must have been vines, but they don't seem to have been distinguished from the rest. Orchards seem represented by aligned trees, as on the Clos Saint Lazare. Roussel's 9-sheet plan of Paris and its suburbs in 1733 (Link D. Rumsey) explicitly indicates in his letter the "vegetable gardens" of the northern suburbs, from Little Poland to the Faubourg Saint Martin. They are on former wetlands along the former third arm of the Seine. Unfortunately, nothing is said about arable lands. In the box of his large plan of 1728 (Link Gallica), Delagrive explains that he detailed 500 substantial buildings. About them, "Everywhere in the gardens we see the flowerbeds the bowling alleys the stars the ponds the groves drawn as they are on the spot."

Les carrières de pierre Stone quarries

photo
Plan de Bullet 1710 (Boutier 165-B réédition Taride)
Source : David Rumsey Map Collection N°11942.017 1710 Bullet map
photo
Plan de Paris de Delagrive, 1735 1735 Delagrive map of Paris

Ces étranges roues qu'on trouve sur nombre de plans des 17e et 18e siècles représentent des zones de carrières. Lorsque la roche n'est pas affleurante, le carrier creuse une galerie, y taille la pierre, pour la remonter ensuite par le puits à l'aide d'une roue de 6 à 12 mètres de diamètre servant de treuil.

These strange wheels found on many 17th and 18th century maps represent quarry areas. When the rock is not flush, the carrier digs a gallery, cuts the stone there, and then raise it through the well using a wheel of 6 to 12 meters in diameter, used as a winch .

photo
Carrières du sud de Paris. Le Val de Grâce vu des jardins au fond. Sébastien Leclerc, vers 1694-1695.
Source : Musée Canavalet INV G.5194
Si on se fie à l'orientation du Val de Grâce, il s'agirait des carrières situées au sud de l'hôpital de la Salpétrière.

Bibliographie : Préaud, Maxime. (1980). Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIe siècle. Tome 8. I, Sébastien Leclerc, N°904.10. Lien Gallica Quarries in the south of Paris. The Val de Grace seen from the gardens in the background. Sébastien Leclerc, circa 1694-1695. If we rely on the orientation of Val de Grace, these would be the quarries located south of the Salpétrière hospital.
photo
Paris du côté des Chartreux. Roue de carrier
Mannesson Mallet. La géométrie pratique 1702. T.II pl. 37 p. 81. «Paris du côté des Chartreux»
Source : Bibliothèque numérique de l'INHA. Cote 8 RES 1510 (2) http://bibliotheque-numerique.inha.fr/idurl/1/16562
L'intérêt de cette gravure est qu'elle montre le même site à la même époque que sur le plan de Delagrive. Paris near the Chartreux

Les chantiers de bois Wooden yards

photo
Plan de Paris de Delagrive, 1735 1735 Delagrive map of Paris

Cette représentation se retrouve sur beaucoup de plans. Il s'agit d'empilements de troncs d'arbres. Situés tous en bords de Seine, il s'agit à chaque fois de zone d'entreposage et de préparation de bois. Le plan de Bullet indique des chantiers de «bois flotté» , «bois flotté à bruster» Quai St Bernard, le bois à bruster étant du bois de chauffage, «bois à bastir» sur l'île de Louvier.

This representation is common to many maps. These are stacks of tree trunks. Located all along the Seine, it is each time a storage area and wood preparation. Bullet's map indicates "driftwood" sites. "driftwood for construction" on the island of Louvier.

photo
Adam Perelle. Les Celestins, L'Arcenal, le Mail. ca 1680.
Source : Princeton university. Veües des plus beaux lieux de France et d'Italie. http://pudl.princeton.edu/boundart.php?obj=tb09j694p Adam Perelle. Celestins and the Arsenal, ca 1680

Moulins flottants Floating mills

photo
Plan de Delagrive de l'Île de la Cité 1754 Delagrive map, L'Île de la Cité, 1754
photo
Adam Perelle. Le Pont au change, côté du Pont-Neuf ca 1680
Source : Princeton university. Veües des plus beaux lieux de France et d'Italie. http://pudl.princeton.edu/boundart.php?obj=tb09j694p Adamp Perelle, Change bridge, side of Pont-Neuf, ca 1680
photo
Moulin amarré à une pile du pont Notre-Dame, peinture de Hubert Robert (détail).
Source :Démolitions des maisons du pont Notre-Dame en 1786 par Hubert Robert, Musée de Versailles INV MV786 Musée de Versailles INV MV786 Mill moored to a pier of the Notre-Dame bridge, painting by Hubert Robert (detail).

Ces bateaux sont des moulins-flottants aussi appelés moulins-bateaux. Certains sont amarrés aux ponts. Très fréquents jusqu'au début du 19e siècle.

These boats are floating-mills also called mill-boats. Some are moored to bridges. Very frequent until the beginning of the 19th century.

Patache Customs boat

photo
Plan de Paris de Delagrive, 1735 Paris Delagrive map, 1735
photo
Patache face aux Invalides. Plan de Bretez-Turgot. 1739
Source : David Rumsey Map Collection Customs boat in front of the Invalides. Bretez-Turgot map of 1739
photo
Les deux pataches qui surveillent le trafic en amont, face au Jardin Royal. Peinture de Raguenet (détail).
Source : La Salpêtrière vu du quai de la Rapée par Raguenet, Musée Carnavalet INV P282 Musée Carnavalet INV P282 Customs boat in front of the Royal Garden, painting by Raguenet (detail).

Bateau servant aux douaniers à surveiller le trafic et empêcher la contrebande, notamment pour le paiement de la taxe sur le sel (gabelle). (Wikipedia).
Deux pataches surveillaient la circulation au niveau du Jardin Royal (Jardin des Plantes), et une était positionnnée devant l'hôtel royal des Invalides.

Boat used by customs officials to monitor the traffic and prevent smuggling, including the payment of the tax on salt. (Wikipedia).
Two customs-boats monitored traffic at the Royal Garden (Jardin des Plantes), and one was positioned in front of the Royal Hotel des Invalides.

Remises royales Royal hunting reserve

photo
Environs de Paris par l'abbé Delagrive, 1740
Source : Gallica Surroundings of Paris map by Delagrive, 1740
photo
Paris, ses faubourgs et ses environs par Roussel. 1733
Source : Gallica
David Rumsey Map Collection Paris, suburban areas ann surroundings by Roussel. 1733

Les remises royales sont des réserves de chasses composées de taillis épais, gérées par des gardes pour les chasses du roi. Placées au milieu de champs, elles servent de retraites au gibier, notamment aux oiseaux.

The "remises royales" are hunting reserves composed of thick coppice, managed by guards for the king's hunts. Placed in the middle of fields, they serve as retreats for game, especially birds.

Bibliographie :

Bibliography :

Photographies stéréoscopiques - photos stéréo - du 19ème siècle. 1850-1871 Anciens plans de paris Early stereoscopic photographs, stereoviews in glass, tissues, diableries Antique maps of Paris
(Version : 08/07/2024 10:50)
[ À propos ] [ Contact ] [Valid XHTML 1.0! ] [Valid CSS ! ]
Haut page Haut page